Accueil > FRANCAIS > L’Union Pour la Méditerranée (UpM) > L’Union Pour la Méditerranée : l’historique

L’Union Pour la Méditerranée : l’historique

Le 13 juillet 2008, les chefs d’Etat et de gouvernement de 43 pays, réunis en sommet à Paris, à l’invitation du président de la République et du Président égyptien, décidaient de mettre en œuvre un partenariat renforcé autour de la Méditerranée.

Le Sommet de lancement du « Processus de Barcelone : Union pour la méditerranée » en rassemblant 43 pays partenaires, a été un grand succès grâce en particulier à la mobilisation des partenaires européens et des institutions. Il a permis, pour la première fois dans l’histoire du partenariat euro-méditerranéen, d’instaurer le principe d’une co-présidence du processus entre l’UE et un pays partenaire méditerranéen et d’élargir le partenariat à 4 nouveaux pays (Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro et Monaco).

Ce Sommet a donné lieu à l’adoption d’une déclaration qui prévoit :

- un partenariat renforcé, avec une impulsion politique donnée au plus haut niveau. Des sommets se tiendront tous les deux ans. Le format a été élargi à l’ensemble des pays riverains de la Méditerranée. La nouvelle forme de gouvernance devrait renforcer la co-appropriation du processus par le Sud. Elle permettra le lancement de projets concrets à caractère régional ;

- la définition et la mise en œuvre de projets pour relever des défis communs autour de six domaines concrets d’action prioritaires :

- La dépollution de la Méditerranée ;
- Les autoroutes maritimes et terrestres ;
- Le développement de l’énergie solaire ;
- L’enseignement et la recherche ;
- La protection civile ;
- Le développement des Petites et moyennes entreprises.
Tout en s’appuyant sur l’acquis important du Processus de Barcelone lancé en 1995, il doit permettre de donner à celui-ci une dimension :

- plus partenariale avec une co-présidence par un pays de l’UE et un pays partenaire méditerranéen

- plus cohérente avec une nouvelle gouvernance et la perspective de création d’un secrétariat

- plus régionale en mettant l’accent d’abord sur des projets faits à plusieurs

- plus concrète avec des projets qui touchent les citoyens
Il s’agit par cette initiative d’organiser la coopération la plus étroite possible, et où chacun participera comme il le souhaite.
L’Union pour la Méditerranée, malgré les obstacles qu’elle a rencontré, constitue un projet porteur de sens, qui doit contribuer à faire de l’espace euro-méditerranéen un espace de paix, de stabilité et de prospérité pour les peuples des deux rives.
En savoir plus : www.diplomatie.gouv.fr

mercredi 26 janvier 2011, par Nathalie