Bordeaux (France)

Pays : France
Région : Aquitaine (préfecture)
Code postal : 33000, 33100, 33200, 33300, 33800
Population : 235 878 hab. (2006)
Densité : 4 765 hab./km²
Superficie : 49,36 km²
Site web : www.bordeaux.fr

Bordeaux est une commune du Sud-ouest de la France, chef-lieu de la région Aquitaine et préfecture du département de la Gironde. Ses habitants sont appelés les Bordelais.

À la tête de la communauté urbaine de Bordeaux, la commune compte 235 178 habitants (recensement 2007)[1] et l’aire urbaine plus d’un million d’habitants.

À ce titre, Bordeaux constitue l’une des métropoles d’équilibre de France.

La ville est connue dans le monde entier pour son vignoble, surtout depuis le XVIIIe siècle, qui fut pour elle un véritable âge d’or. Capitale de l’ancienne Guyenne (le nord de l’Aquitaine actuelle), Bordeaux fait partie de la Gascogne et est située en bordure des Landes de Gascogne.

Une partie de la ville, le Port de la Lune, est classée depuis juin 2007 au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO pour l’ensemble urbain exceptionnel qu’elle représente.

Bordeaux est fondée au IIIe siècle av. J.-C. sous le nom de Burdigala en latin, par les Bituriges Vivisques (littéralement ’Bituriges déplacés’), qui sont un peuple gaulois de la région de Bourges. Le premier emplacement est situé à l’embouchure de la Devèze, un affluent de la Garonne, proche de la Gironde.

La naissance de Bordeaux n’est pas liée aux qualités du site, car, ville d’embouchure située sur une avancée du plateau landais, elle est longtemps cernée de marais pestilentiels. C’est précisément ce sens de "marais boueux" que conserve encore de nos jours une rivière appelée Eau Bourde passant au sud de la ville. Bordeaux est à l’époque un emporium, c’est-à-dire un comptoir de commerce, contrôlant les routes de l’étain et du plomb entre les ports gaulois de la Loire et la République romaine.

Burdigala se développe et finit par devenir une des villes les plus opulentes de la Gaule. Au IIIe siècle, elle ravit même à Mediolanum Santonum (Saintes) le titre de capitale administrative de la province romaine d’Aquitaine. La ville est particulièrement prospère sous la dynastie des Sévères (193-235), elle englobe alors le mont Judaïque, actuel quartier Saint-Sernin. Mais en 276, la ville est pillée et s’enferme dans ses murs.

La ville continue à briller pendant près d’un siècle, illustrée par ses poètes chrétiens (Ausone, 309-394) et ses saints (saint Paulin de Nole, 353-431).

Mais cette période de prospérité de Burdigala est interrompue par différentes invasions : les Vandales en 409, les Wisigoths en 414 et les Francs en 498. Au Xe siècle la ville est également pillée par les Normands. La ville de Bordeaux sombre alors dans une longue période d’obscurité.

Si Bordeaux doit sa renommée mondiale à ses célèbres vignobles, c’est grâce à son histoire, intimement liée à celle de son fleuve. Comment ignorer, quand on admire les paquebots de croisière mouillant en centre ville, que le port de la Lune, qui doit son nom à sa forme de croissant, accueille depuis l’antiquité toutes les flottes du monde ?

Peut-on apprécier, à sa juste valeur, la qualité architecturale et urbanistique des aménagements du XVIIIème siècle : Place Royale (actuelle Place de la Bourse), Grand Théâtre, Allées de Tourny... sans savoir qu’ils furent rendus possibles par l’essor d’un négoce international (vin, bois, épices...) ?

Tous les quartiers de la ville témoignent, ainsi, de fragments de son histoire : Saint-Pierre situé à l’emplacement même du port gallo-romain Burdigala, Saint-Michel et sa flèche gothique, Saint-Eloi sillonné de ruelles pittoresques, le quartier de l’Hôtel de Ville ou s’élèvent la Cathédrale Saint-André et le Palais Rohan, etc...

En plus du vin, du fleuve et des arts, Bordeaux possède également de nombreux musées et autres lieux de culture où le plaisir des yeux se conjugue aux plaisirs de l’esprit : Musée d’aquitaine, Musée des Beaux Arts, Musée des Arts Décoratifs, Centre d’Art plastique Contemporain, Musée des Chartrons, Vinorama, Basse Sous-Marine, Croiseur Colbert.

Mais Bordeaux ne se contente pas de rendre hommage aux bâtisseurs du passé, et encore moins d’être la capitale mondiale du vin.

Bordeaux se découvre à travers ses nombreux écrins de verdure, s’apprécie pour la douceur de son climat, se savoure pour la qualité de la vie qu’on y mène ponctuée de plaisirs gastronomiques et de fêtes nocturnes, s’épanouit dans la proximité de l’Océan Atlantique et du Bassin d’Arcachon, du Périgord et ses vestiges préhistoriques, de la Gascogne et du Pays Basque, de la forêt Landaise et des Pyrénées...

lundi 17 mai 2010, par Nathalie