Accueil > FRANCAIS > Les acteurs > Les villes membres > Constantine (Algérie)

Constantine (Algérie)

Nom arabe : قسنطينة
Pays : Algérie
Région : Constantine (Chef-lieu)
Code postal : 25000
Population : 750 000 environ hab. (2007)
Site Web : www.wilaya-constantine.dz

Constantine est le chef-lieu de la Wilaya de Constantine en Algérie. Métropole du nord-est de l’Algérie, elle compte plus de 740 000 habitants (1 000 000 dans l’agglomération). Elle est considérée comme étant la troisième ville la plus importante d’Algérie en termes de population.

Constantine était appelée Cirta, elle est aussi surnommée la « ville des ponts suspendus » ou bien « ville des aigles ». C’est une des plus vieilles villes du monde (au moins 25 siècles). Ancienne ville impériale fortifiée, elle bénéficie d’une position stratégique, avec son rocher et ses murailles et d’un accès tellement difficile qu’aucune forteresse au monde ne saurait lui être comparée[réf. nécessaire]. La ville Cirta fut une importante ville phénicienne avant de devenir capitale de Numidie lors du règne de Massinissa, allié de Rome, puis fut détruite en 311 par Maxence et Domitius Alexander. Peu après l’empereur Constantin Ier la reconstruisit, et lui donna son nom, qu’elle porte maintenant depuis 17 siècles.

Constantine, l’une des plus anciennes cités du monde, est surtout connue pour l’art de vivre raffiné de ses habitants. Constantine est aussi une ville importante dans l’histoire méditerranéenne, symbole de la culture arabo-andalouse . Par son histoire, elle devint l’arbitre de l’élégance à ’Al-Andalus, par les modes vestimentaires et l’art raffiné de la cuisine blanche constantinoise. Ville du malouf, la célèbre musique arabo-andalouse, et des oulémas (les savants de l’islam), elle est la capitale de l’est du pays et la troisième ville d’Algérie.

Constantine est la ville des ponts, elle a été construite sur un rocher de plus de 600 mètres d’altitude, entourée de profonds ravins, traversée par le Rhumel, tout ceci a donné à la ville sa puissance de citadelle.

Les ponts sont plutôt des stèles à la mémoire des "bagnards" de la Casbah, qui en furent les artisans et la main-d’oeuvre. On fredonnera longtemps à leur mémoire le refrain tragique de `Ya El Menfi’ (exilé)... vers Cayenne, Madagascar ou la Nouvelle-Calédonie. La nécessité de construire des ponts afin de franchir les obstacles naturels de Constantine s’avérait vitale.

Constantine fut édifiée environ 3000 ans avant J.C., les Numides étaient les véritables habitants. On conserve les Grottes des Ours et du Mouflon dont la majorité du mobilier archéologique se trouve actuellement au musée de Cirta.

Massinissa était roi de Numidie, il fit de Cirta (Constantine à l’époque) la capitale de son royaume. Cirta connut rapidement un essor économique extraordinaire. Cet essor fut favorisé par la position géographique même de la ville. La ville fut prise par les romains, et reçue le nom de Constantine en hommage à l’empereur romain Constantin. L’arrivée de la civilisation musulmane donna à la ville une autre dimension, à savoir une dimension culturelle, scientifique et religieuse. La ville fut conquise par les francais en 1837, après deux sièges (le premier ayant été en 1836, s’est soldé par la défaite de l’armée francaise). Elle connut une autre étape de son histoire tumultueuse. Constantine garde en elle les traces de toutes les civilisations qu’elle a connu :

De la civilisation numide, le visiteur trouvera le tombeau de Massinissa au Khroub à 16 km du centre ville, ou encore les ruines d’un fort militaire Tidis se trouvant à trente kilomètres de la ville.

De la civilisation romaine, la statue de Constantin devant la gare de chemin de fer au centre ville (à Bab El Kantara), ou encore le viaduc qui se trouve à la lisière de la ville sur le chemin de l’aéroport international (Mohamed Boudiaf) de la ville. De la civilisation Arabo-Musulmane, la vieille ville qui est en soi un joyau architectural. De la civilisation turque, le palais du Bey. De la civilisation francaise, la ville européenne.

Constantine est amoureuse de tout ce mélange culturel et civilisationnel. Elle rassemble tout son patrimoine culturel dans un musée situé sur le plateau du Coudiat. Ce musée est à visiter. Constantine est fière aussi de ses ponts.

A voir :

- Palais du Bey : Ce palais est la trace vivante de la civilisation Ottomane. Sa construction fut entreprise en 1827. Inauguré en 1835 et ne tarda pas à être occupé par l’armée française et visité par Napoléon III.

- Tidis A 30 km de Constantine : un merveilleux site étagé s’offre au regard, implanté sur un ensemble de rochers durs de grande hauteur. Le site avait existé avant la conquête romaine.

- Le monument aux morts : C’est un magnifique arc de triomphe, élevé à la mémoire des soldats morts durant la première guerre mondiale. Il est la replique de celui de Trajan qui s’élève au milieu des ruines romaines de Timgad

- La grande mosquée : Selon les écritures trouvées sur son minaret, elle est l’oeuvre de l’Etat Ziride en l’an 1136. Depuis lors elle garde la même vocation, à savoir la prière et la fatwa.

jeudi 10 juin 2010, par Nathalie