Lille (France)

Pays : France
Région : Nord – Pas de Calais
Code postal : 59000, 59033, 59800
Population : 226 800 (2004)
Densité : 326 hab./km²
Superficie : 34,83 km²
Site web : www.mairie-lille.fr

Lille est une commune française du nord de la France. C’est la préfecture du département du Nord et le chef-lieu de la région Nord-Pas-de-Calais. Surnommée la « Capitale des Flandres », Lille est, avec ses 225 789 habitants au 1er janvier 2007, la principale ville, aux côtés de Roubaix, Tourcoing et Villeneuve-d’Ascq, au sein de Lille Métropole Communauté urbaine, intercommunalité qui regroupe 85 communes et compte 1,1 million d’habitants (recensement de 2006). Plus largement, elle appartient à une vaste conurbation formée avec les villes belges de Mouscron, Courtrai, Tournai et Menin qui a donné naissance en janvier 2008 au premier Groupement européen de coopération territoriale, l’Eurométropole Lille Kortrijk Tournai, et qui totalise près de deux millions d’habitants.

Son nom en ancien français (L’Isle), comme en flamand occidental (Ryssel, Rijsel en néerlandais ; de « ter Yssel ») proviendrait de sa localisation primitive sur une île des marécages de la vallée de la Deûle où elle a été fondée. Lille et ses environs appartiennent à la région historique de la Flandre romane, ancien territoire du comté de Flandre mais ne faisant pas partie de l’aire linguistique du flamand occidental. Depuis son apparition dans l’Histoire au XIe siècle elle a ainsi toujours été une ville de langue romane.

Ville de garnison, Lille a connu une histoire mouvementée du Moyen Âge à la Révolution française. Connue pour avoir été la ville la plus assiégée de France, elle a appartenu successivement au comté de Flandre, au royaume de France, à l’État bourguignon, au Saint-Empire romain germanique et aux Pays-Bas espagnols avant d’être définitivement reprise par la France au terme de la guerre de Succession d’Espagne. Elle sera encore assiégée en 1792 lors de la guerre franco-autrichienne et très durement éprouvée par les deux conflits mondiaux du XXe siècle au cours desquels elle est occupée.

Cité marchande depuis ses origines, manufacturière depuis le XVIe siècle, la révolution industrielle en fera une grande capitale industrielle, principalement autour des industries textiles et mécaniques. Leur déclin, à partir des années 1960, ouvrira une longue période de crise et ce n’est qu’à partir des années 1990 que la reconversion vers le secteur tertiaire et la réhabilitation des quartiers sinistrés donneront un autre visage à la ville.

La construction du nouveau quartier d’affaires Euralille à partir de 1988, l’arrivée du TGV en 1993 et de l’Eurostar en 1994, le développement d’un pôle universitaire qui accueille au début du XXIe siècle près de 100 000 étudiants, le classement Ville d’art et d’histoire en 2004 et les manifestations de Lille 2004, Capitale européenne de la culture, constituent les principaux symboles de ce renouveau.

Les incontournables :

- La cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille
Devenu cathédrale en 1914, cet édifice de style gothique a fait l’objet d’une rénovation supervisée par Pierre-Louis Cartier, qui remit à neuf sa façade dans un style moderne et qui referma la nef avec un voile de marbre translucide. La rosace « Résurrection », signée Ladislas Kijno, large de 7 m, inonde de toute sa splendeur l’intérieur des lieux.

- Le beffroi
C’est à l’architecte Dubuisson que l’on doit l’édification de ce bâtiment d’une hauteur de 105 m, qui comporte un escalier de 100 marches. Au sommet, ne manquez pas la vue magique vous propulsant à 50 km autour de Lille

- La place du Général-De-Gaulle, ou Grand Place
Ce lieu est chargé d’histoire, des démonstrations des forces armées d’outre-Rhin aux funérailles de Gustave Delory. Placée sous la protection de quatre femmes, une déesse trônant fièrement au milieu de la place et trois autres Grâces couronnant le pignon du siège de la Voix du Nord, on y installe chaque année la mythique grande roue de Noël.

- La Vieille Bourse
Ce lieu, où bouquinistes et amateurs d’échecs se retrouvent, est situé entre la Grand-place et la place du Théâtre, et témoigne de l’intense activité économique qui se déroulait à Lille durant le Grand Siècle. Le bâtiment, quadrangulaire, est en fait un emboîtement de 24 demeures identiques qui renferment ce que l’on nomme la Cour intérieure. Ses façades ont été classées monuments historiques en 1921.

- La citadelle
Œuvre de Vauban, réalisée à la demande de Louis XIV, celle qu’on appelle « la Reine des citadelles » fut construite très rapidement, dans un objectif de protection de la ville et nécessita, entre autres plus de 60 millions de briques et 77 000 blocs de grès.

- La maison Coilliot
Près de la place Philippe-Le-Bon, ce chef-d’œuvre de l’Art nouveau, que l’on doit à l’architecte des métros parisiens Hector Guimard, est le symbole du patrimoine architectural que la ville propose. Elle ne peut malheureusement pas être visitée.

- L’église Sainte-Marie-Madeleine
Haute de 55 m, l’unique église à dôme de la ville a été édifiée sur un bastion et dotée d’un chœur circulaire central, peu banal pour l’époque de Louis XIV. Sa décoration de style Renaissance flamande contraste avec l’austérité de l’ordre dorique et corinthien de la coupole.

- Le musée des Canonniers sédentaires
Le plus ancien musée de la ville retrace l’histoire de la cité à travers une collection de plans, de peintures, sculptures et autres armes parmi lesquelles deux pièces maîtresses du musée : deux canons de Gribeauval, dont le seul autre exemplaire (au monde) est conservé au musée des Invalides de Paris.

- Tourisme fluvial au départ de Lille
Pour découvrir la capitale des Flandres, vous pouvez choisir entre deux croisières, au départ de l’écluse de la Barre : l’une autour du port de la ville, pour découvrir au mieux toutes ses splendeurs, et l’autre, la route du Guenièvre, un circuit de 4 heures avec une présentation de toutes les communes traversées et des entreprises situées en bord de canal, comme la distillerie de Wambrechies.

- Le palais des Beaux-Arts
Le premier musée français après le Louvre est aujourd’hui un musée européen, avec 12 000 m2 de surface d’exposition, 550 peintures du XVIe au XXe siècle, réparties dans 16 salles. Parmi elles, des chefs-d’œuvre de l’école flamande, de l’école française et de l’école italienne (Véronèse et Canaletto par exemple). A noter aussi, l’exposition de plus de 500 œuvres du Moyen Age et de la Renaissance.

- Le jardin Vauban
Créé en 1865, ce parc est un jardin à l’anglaise planté d’arbres séculaires, aux pelouses légèrement vallonnées parcourues par des plans d’eau, une grotte à cascades et des parterres de fleurs, en est un véritable endroit de charme, réparti sur plus de trois hectares. Un verger conservatoire et des statues à la mémoire des Lillois célèbres viennent compléter ce tableau idyllique.

lundi 17 mai 2010, par Nathalie